Dans un projet de construction, il est primordial de connaître la surface de plancher de sa future maison. Cela, en vue d’instruire une demande de permis de construire, ou tout simplement pour savoir si vous devrez passer par architecte. Voici les éléments à considérer pour bien comprendre cette surface ainsi que la méthode et les outils pour la calculer.

 

Les surfaces à considérer dans la surface de plancher

Pour faire simple, seules les surfaces habitables de chaque niveau, cloisons incluses, sont prises en compte dans le calcul de la surface de plancher d’une construction. Sont alors exclues toutes les surfaces des garages, auvents, porches, balcons, loggias…

Si votre maison est conçue avec un ou plusieurs étages, il faut alors additionner les surfaces habitables de chacun des niveaux, pour obtenir la surface de plancher globale de la construction.

Pour reprendre en détails le calcul de la surface de plancher de votre construction, il faut considérer la somme des surfaces closes et couvertes, calculée à partir de la surface nue intérieure des façades en faisant l’exclusion des surfaces suivantes :

  • L’épaisseur des murs entourant les embrasures des portes et fenêtres qui donnent sur l’extérieur,
  • Les vides et trémies se rattachant aux escaliers et aux ascenseurs,
  • Les espaces d’une hauteur sous plafond inférieure ou égale à 1,80 mètre,
  • Les aménagements en vue d’un stationnement (garage),
  • Les combles non aménageables pour l’habitation ou une activité professionnelle.

 

Comment calcule-t-on la surface de plancher d’une construction ?

Vérifié le 03 janvier 2018 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

La surface de plancher de la construction est égale à la somme des surfaces de plancher de chaque niveau clos et couvert, calculée à partir du nu intérieur des façades après déduction :

  • des surfaces correspondant à l’épaisseur des murs entourant les embrasures des portes et fenêtres donnant sur l’extérieur,
  • des vides et trémies qui se rattachent aux escaliers et ascenseurs,
  • des surfaces de plancher d’une hauteur sous plafond inférieure ou égale à 1,80 mètre,
  • des surfaces de plancher aménagées en vue du stationnement des véhicules motorisés ou non, y compris les rampes d’accès et les aires de manœuvres,
  • des surfaces de plancher des combles non aménageables pour l’habitation ou pour des activités à caractère professionnel, artisanal, industriel ou commercial,
  • des surfaces de plancher des locaux techniques nécessaires au fonctionnement d’un groupe de bâtiments ou d’un immeuble autre qu’une maison individuelle, y compris les locaux de stockage des déchets,
  • des surfaces de plancher des caves ou des celliers, annexes des logements, dès lors que ces locaux sont desservis uniquement par une partie commune,
  • d’une surface égale à 10 % des surfaces de plancher affectées à l’habitation telles qu’elles résultent s’il y a lieu de l’application des points précédents, dès lors que les logements sont desservis par des parties communes intérieures.

Vous pouvez vous aider de cette méthode pour calculer la surface de plancher de votre construction.

Simulateur

Méthode de calcul de la surface de plancher

Permet de calculer la surface de plancher de sa construction.

Accéder au simulateur

Ministère chargé de l’urbanisme

 

Dans quel cas doit-on recourir à un architecte ?

Vérifié le 08 mars 2017 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

 

 

En principe, la demande de permis de construire ne peut être instruite que si la personne désirant entreprendre des travaux a fait appel à un architecte pour établir le projet architectural faisant l’objet de la demande de permis.

Toutefois, le recours à un architecte n’est pas obligatoire pour les particuliers ou les exploitations agricoles qui déclarent vouloir édifier ou modifier pour elles-mêmes :

  • une construction à usage autre qu’agricole (par exemple, une maison individuelle) dont la surface de plancher n’excède pas 150 m²,
  • une construction à usage agricole dont à la fois la surface de plancher et l’emprise au sol n’excèdent pas 800 m²,
  • des serres de production dont le pied-droit a une hauteur inférieure à 4 m et dont à la fois la surface de plancher et l’emprise au sol n’excèdent pas 2000 m².

Les demandeurs d’un permis de construire sont tenus de recourir à un architecte pour les projets de travaux sur construction existante conduisant soit la surface de plancher, soit l’emprise au sol de l’ensemble à dépasser l’un de ces plafonds.

À noter :

une personne morale doit toujours faire appel à un architecte pour tout projet soumis à permis de construire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires